Presse extraits

article

Traduction de l’article ci-dessus rédigé par

le journaliste, Laurentiu Nistorescu,
dans le quotidien RENASTEREA BANATEANA de Timisoara, Roumanie,
le samedi 17 novembre 2012, après invitation de

Rome Deguergue
par l’Union des écrivains de Timisoara à présenter

ses deux derniers recueils.

    Un admirable exercice d’intercommunication culturelle, et implicitement de l’art de la traduction s’est déroulé hier, à l’occasion de la rencontre hebdomadaire de la Filiale de Timisoara de l’Union des Écrivains de Roumanie – événement qui a reçu au premier plan l’écrivain Rome Deguergue, l’une des plus représentatives voix de la littérature française contemporaine, membre du PEN Club de l’Hexagone et lauréate parmi d’autres du Grand Prix Européen de Poésie, « Virgile », 2008.

    La distinguée écrivain s’est trouvée à Timisoara pendant une semaine, période occupée par un dense programme culturel, comprenant des interventions animées et interactives avec la communauté littéraire, les représentants de la culture française de Timisoara, mais aussi avec des étudiants et des lycéens de notre ville, des visites de documentation et des lancements éditoriaux -. La rencontre d’hier, dans la salle Horizon, étant la bonne occasion du lancement de ses deux derniers volumes, à propos de Versailles … de par la Reine… marcher dans la couleur du temps, traduit en roumain par l’écrivain Horia Badescu de Cluj, et … de pluies & de saisons… ainsi que la remise à Rome Deguergue du « Diplôme d’Honneur de l’Union des écrivains de Timisoara ».

    Illustratif pour le genre lyrique que Rome Deguergue promeut : la géo-poésie, le deuxième recueil se montrant un régal de l’art de la traduction, les poèmes en prose étant rédigés en 14 langues européennes, dont le roumain, et asiatiques. « Pour effectuer les traductions et s’acquitter de la délicate tache éditoriale du volume, un travail sur plusieurs mois a été nécessaire » a expliqué l’une des principales traductrices, l’écrivain de Timisoara, Manolita Dragomir-Filimonescu qui a coordonné l’événement, aux côtés de l’écrivain et traductrice Marika Pongracz-Popescu, aussi auteur de la version hongroise. Le lancement du recueil a été accompagné d’un récital en cinq langues, soutenu par le doyen de la scène de Timisoara, l’acteur Vladimir Jurascu, et de l’auteure (qui a comme langue maternelle l’allemand, l’italien et de son père le français), des autres participants à l’événement, parmi lesquels il faut mentionner l’écrivain Marcel Turcu qui a fait sur place un essai analytique de grande profondeur sur la création de l’écrivain française, mais aussi sur le contexte culturel franco-roumain et général européen.

ligne

ÎN DECEMBRIE ÎN ORIZONTURI CULTURALE ITALO-ROMÂNE
www.orizzonticulturali.it / www.orizonturiculturale.ro nr. 12, decembrie 2012, anul II
Rome Deguergue: două poeme în patru limbi

 

 

    În noiembrie a fost lansat la Timişoara un volum de poezii multilingv, semnat de poeta franceză Rome Deguergue şi intitulat de pluies & de saisons… (… despre ploi şi anotimpuri…), Editura Artpress, Timişoara 2012. Este o culegere de geo-poezie tradusă în 14 limbi ale lumii. Publicăm două dintre poeme, Banc d’Arguin. Arcachon şi Circulation. Fixation, în originalul francez şi în alte trei limbi: franceză, română (traducere de Manolita Dragomir-Filimonescu), italiană (traducere de Concetta Cavallini), maghiară (traducere de Maria Pongracz Popescu).

    „Aceste texte – afirmă autoarea – sunt insuflate de practicarea geo-poeziei, studiul liniilor pământului şi exerciţiul privirii, privirii unice a ochiului camerei cu baleiaj slectiv, spuma de lecturi de texte orientale, deplasări reale care lasă urme pe buze, ca un gust de sare. Texte reflexive. Du-te vino între interioritate şi exterior, căci nu este aici fără acolo, atemporal, şi ceea ce rămâne. Această poezie cu voce blândă este destinată să redea conştiinţei dreptul şi datoria de-a învăţa să vadă pentru a înţelege Orientul, Occidentul şi umanul prea uman, încercând haoscosmosul în care el s-a aruncat, aşa cum este, aşa cum merge. Şi astfel să ajungă să regăsească bucuria de-a trăi – acum şi aici”.


Banc d’Arguin

ARCACHON

Soir de dune.
Illumination.
Aveuglement.
À cette heure mon voyage aux algues brûlées
dans les déferlantes s’échappe en fumerolles.
Au bord de l’horizocéan plane l’ombre du goéland.
Prime chant – cahiers & rouleau –  flûte de Koma.
Cette nuit la lune répand une bien étrange lueur.
L’air vibre encore de la chaleur de sa propre nature.
Toute la nuit à contempler le ciel : A n d e n k e n *
Dans la douce absence du murmure des hommes.

* titre du poème composé par Friedrich Hölderlin (1770-1843) en souvenir du court séjour qu’il fit à Bordeaux en 1802.

 

 

Banca lui Arguin
ARCACHON

Seară de dune. Iluminare. Orbire.
La ora asta călătoria mea la algele arse
În valuri scapă cu emanaţii gazoase.
La marginea orizintoceanului planează umbra pescăruşului
Un prim cânt – caiete şi role – nai al lui Koma
În noaptea asta luna răspândeşte o stranie lumină
Aerul mai vibrează încă de căldura propriei naturi.
Întreaga noapte să contempli cerul: Amintire*
În absenţa blândă a şoaptei oamenilor.

* titlu al poemului compus de Friederichi Holderlin (1770 1843) în amintirea scurtei şederi pe care poetul a făcut-o la Bordeaux în 1802.

 

Secca d’Arguin
ARCACHON

Sera di duna. Illuminazione. Accecamento.
A quest’ora il mio viaggio di alghe consumate
nelle onde schiumose si dissolve in nebbiolina.
Al limite dell’orizzonte plana l’ombra del gabbiano reale.
Primo canto –  quaderni & rotoli –  flauto di Koma.
Stanotte la luna emana davvero uno strano bagliore.
L’aria vibra ancora del calore della sua natura.
Tutta la notte a contemplare il cielo: Andenken*
Nella dolce assenza del mormorio degli uomini.

 

Arguin padja
ARCACHON

Este a dűnéken. A fény. Megvakít.
Megégett algák között járok
Melyek a hullámok között füstölögnek.
Az óceán láthatárán sirályok árnya lebeg.
Az első dal – Koma pánsípján hangzik fel.
Ezen az éjszakán a Hold kísérteties fényt szór
A lég megremeg a belőle még áradó hőségtől.
Egész éjszaka az eget fürkészem: „Emlék”
Az emberek lágy, suttogó szavai hiányoznak.

* Friedrich Hölderlin (1770-1843) versének címe, amelyet 18o2-ben Bordeaux-ban, rövid tartózkodása idején írt.

 

Circulation Fixation

En cousine de paysage partagé s’avance
– le langage du détachement –
et comme femme libérée chante au milieu

de la bruyère du bout du Cap-Ferret.
Il est sentinelle qui mène droit à l’antique demeure
par plongée à l’intérieur d’un monde indifférencié.
Circulation / Fixation : double énigme de l’être.
Ouverture au monde sensible : ardente quête identitaire
au creux de l’espace agrandi en expansion inachevée.
Dans la trace du vent qui fuit on entend encore
le bruit du chant quand il est fini…

 

Circulaţie Fixaţie

Înrudit cu peisajul împărtăşit înaintează
– limbajul detaşării –
şi precum femeia eliberată cântă în mijlocul
arbuştilor la capătul Capului-Ferret.
Este santinelă care duce drept la locuinţa antică
Prin căderea  interioară a unei lumi polivalente
Ciculaţie/ Fixaţie: dublă enigmă a fiinţei.
Deschidere spre lumea sensibilă : arzătoare pândă
identifiactoare
In plama spaţiului mărit în expansiune neterminată.
Se mai aude încă în urma vântului ce fuge
Zgomot de cântec pe când s-a terminat…

 

Movimento Staticità 

Come sorella di paesaggio isolato si fa avanti
–  il linguaggio del distacco –
E come donna liberata canta nel cuore
della brughiera dell’estremità di Cap-Ferret.
È sentinella che conduce diritto all’antica dimora
immergendosi all’interno di un mondo indifferenziato.
Movimento / Staticità: doppio enigma dell’essere.
Apertura al mondo sensibile: ardente ricerca d’identità
nel vuoto di uno spazio ampliatosi in espansione incompiuta.
Sulle orme del vento che fugge si percepiscono ancora
tracce del canto quando è finito…

 

VÁNDORLÁS LETELEPEDÉS

A nyelv tovább halad
– elszakad a tájtól, ahol megszületett –
Miként a felszabadult nő, dalol
a Ferret-fok cserjéi között.
Őrszem, mely az antik lakáshoz vezet
egy összeomló, többértékű világ közepébe.
Vándorlás/letelepedés: a lény kettős rejtélye.
Kitárulni az érzékeny világra: égető lesben várakozni
A végtelenségig kiterjedő tér tenyerében.
Még hallatszik a száguldó szél zúgása
A véget érő dallam muzsikája.

 

 

Traductions :

en roumain par Manolita Dragomir-Filimonescu

en italien par Concetta Cavallini

en hongrois par Marika Pongracz Popescu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s